FANDOM



Depuis les premiers âges de la civilisation, l'humanité a été divisée en états, nations, ethnies... Les hommes et femmes du XXIVème siècle n'ont pas changé à cet égard. La Galaxie Colonisée est aujourd'hui encore découpée en entités politiques distinctes aux objectifs divergents et parfois opposés.

ActuellesModifier

Fédération des Colonies LibresModifier

Incluant cinquante-sept planètes et un grand nombre de stations minières et spatiales, la FCL est la plus grande nation de la Galaxie Colonisée, et également la plus vaste entité politique de l'histoire de l'humanité, dépassant en taille et en population l'ancien Empire Terrien. La FCL est un véritable melting pot de nombreuses cultures, ethnies et nations, coexistant et cohabitant plus ou moins pacifiquement selon les cas.

Son fonctionnement est celui d'une république parlementaire et fédérale. Elle dispose d'un gouvernement (le Haut Conseil Fédéral) formé d'un Président du Conseil et de plusieurs Conseillers (qui tiennent à peu près le rôle de ministres) qui représentent le pouvoir exécutif, auquel viennent s'ajouter le parlement colonial et le sénat fédéral, qui détiennent le pouvoir législatif.

Le Haut Conseil Fédéral est nommé par son Président, lui-même élu au suffrage universel direct pour un mandat de six ans. Chaque planète dispose d'un gouverneur, nommé selon les coutumes et lois locales (le suffrage universel étant là encore la méthode la plus employée, mais pas la seule). Ce sont ensuite les gouverneurs qui nomment les sénateurs. Les membres du parlement, enfin, sont élus sur listes au suffrage universel. Le nombre de députés parlementaires représentant chaque planète dépend de la population d'icelle. Des planètes faiblement peuplées telles que Cérès (150 000 habitants) n'en ont que quelques-uns tandis que les mondes les plus habités tels que Qin-Qiwang (3 milliards d'habitants) en ont presque une centaine.

  • Population : 48.55 milliards (recensement de 2299)
  • Capitale : Station spatiale Epsilon
  • Type de gouvernement : République fédérale parlementaire
  • Devise : In Varietate Concordia ("L'unité dans la diversité")

Coalition BurunkeModifier

Constituée originellement de colonies fondées par d'anciens états africains et européens, la Coalition Burunke (prononcé Bou-rou-n-ké) est un état constitué de trois planètes et de plusieurs centaines de colonies minières. Elle fut fondée durant l’Ère Impériale dans le but de créer une « utopie libertaire », avant de faire sécession de l'Empire durant la Guerre d'Indépendance. La Coalition Burunke est aujourd'hui une puissance économique majeure dans la Galaxie, ce qui lui permet de rester autonome tout en faisant juridiquement partie de la FCL. Ses secteurs-clés incluent l'industrie pharmaceutique, les biotechnologies et la cybernétique.

Le gouvernement de la Coalition fonctionne à la façon d'une entreprise : le Directeur est nommé par un panel des plus importants industriels et actionnaires. Les méthodes et politiques coalisées ont souvent été jugées dignes d'une ploutocratie par ses détracteurs. Plusieurs organisations non-gouvernementales ont également critiqué des abus réguliers du gouvernement à l'égard des citoyens les moins aisés de la Coalition, le gouvernement burunke refusant en effet d'appliquer plusieurs lois interstellaires dans le domaine social (notamment celles concernant le statut des syndicats, lesquels n'ont pratiquement aucun pouvoir au sein de la Coalition).

La Coalition ne possède pas de flotte militaire, dépendant de celle de la Fédération pour assurer sa défense. Elle possède cependant une importante armée (2,5 millions d'hommes environ) constituée de mercenaires de la société militaire privée Burunke Defense Group, Incorporated (B.D.G. Inc), ainsi qu'une importante flotte commerciale.

  • Population : 3 milliards.
  • Capitale : Axoum
  • Type de gouvernement : république corporatiste
  • Devise : Prospérité, liberté, travail

Organisation du Traité Scientifique GalactiqueModifier

L'OTSG tire ses origines, comme son nom l'indique, d'un traité passé plusieurs années après la fondation de l'Empire Terrien par lequel celui-ci -et plus tard son successeur, la FCL- assurait l'existence d'une communauté scientifique indépendante de toute autorité ou ingérence, qu'elle soit politique ou corporatiste. L'Organisation fut fondée officiellement deux ans avant la capitulation impériale, et s'établit principalement sur Ganymède Prima, gigantesque station spatiale expérimentale. Au fur et à mesure que l'OTSG s'élargit, la station devint petit à petit plus vaste, accueillant des scientifiques aux spécialisations variées venus de toute la Galaxie Colonisée.

Politiquement, l'Organisation se présente comme une technocratie élective. Ses dirigeants sont presque tous des scientifiques, des ingénieurs ou des experts techniques rassemblés en un Exécutoire de vingt-cinq membres, mené par un secrétaire général. L'OTSG contrôle, outre Ganymède Prima, plusieurs douzaines de stations spatiales de recherche, ainsi qu'une petite armée (principalement constituée de mercenaires) destinée à la défense. En vertu de la constitution fédérale, elle n'est pas non plus autorisée à posséder une flotte militaire.

L'OTSG assure sa viabilité économique de deux façons : premièrement, par la vente du produit d'une partie de ses recherches et de ses brevets, et deuxièmement par les contrats de recherches. Ces contrats, qui peuvent être établis par n'importe quel individu, corporation ou gouvernement, permettent au contracteur de faire effectuer des recherches par des spécialistes de l'Organisation. Toutes sortes de recherches peuvent être commandées, moyennant finances -lesquelles varient selon la complexité de la recherche, le nombre de chercheurs et le temps investi- : exploration astrographique, étude sociologique, développement pharmaceutique... Le chiffre d'affaires de ses contrats est confidentiel, mais est estimé à plus de 75 billions de d.i. par an.

Selon les termes du Traité, seules les plus hautes instances fédérales ont un droit de regard sur les projets de recherche poursuivis par les membres de l'Organisation. La plupart des organismes de presse de la Fédération ne sont pas autorisés à séjourner sur les stations de l'OTSG, laquelle dispose d'ailleurs de son propre organe de presse holovisée.

  • Population : 4 millions
  • Capitale : Ganymède Prima
  • Type de gouvernement : technocratie
  • Devise : Demain commence aujourd'hui

TeikokuModifier

Sis à la périphérie des frontières fédérales, le Teikoku (mot issu d'une langue ancienne signifiant approximativement "Empire") est une nation formée de trois planètes, fondée en 2292 par un individu connu sous le seul nom et titre de Oni Tennō. Les frontières étant fermées à tout gaijin et les contacts diplomatiques avec la FCL étant très rares, les informations disponibles sur cet État sont très lacunaires.

Du peu qui ait pu être établi, le Teikoku semble être une dictature répressive, ou tout au moins une autocratie. Oni Tennō y fait l'objet d'un véritable culte de la personnalité, et est considéré par ses sujets comme l'égal d'un dieu. La société, très militarisée, s'inspire fortement de celle du Japon de l'ère Showa. L'enseignement du gallien y a même été remplacé par celui du nihongo.

On ne sait rien non plus de son dirigeant, sinon qu'il était le chef d'une petite armée de mercenaires avant de devenir le souverain autoproclamé de ce royaume qu'il créa par la force des armes.

  • Population : inconnue, estimée à 4 milliards
  • Capitale : Jinmu (anciennement appelée Wilhelmus)
  • Type de gouvernement : autocratie

AnciennesModifier

L'Empire TerrienModifier

Fondé en 2260 par Lloyd Johnatan Townsend, de son nom de règne Lloyd 1er, l'Empire Terrien fut la première véritable entité politique de proportions interstellaires, recouvrant à son apogée une cinquantaine de planètes (le chiffre exact est toujours débattu par les historiens, du fait du statut incertain de quelques-unes).

Originellement, la constitution de l'Empire garantissait la séparation des pouvoirs : le pouvoir exécutif étant assuré par l'Empereur, ainsi que son état-major et ses vices-rois/reines nommés par lui, le pouvoir législatif par le Sénat Impérial et le pouvoir judiciaire revenant à la Cour Suprême Impériale. Au fur et à mesure que l'Empire se fit plus autoritaire, cependant, le Sénat perdit tout pouvoir, jusqu'à être aboli durant la guerre, et la Cour Suprême fut remplacée progressivement par la Garde Impériale, dont les prérogatives se firent de plus en plus nombreuses.

Suite à sa capitulation à la fin de la Guerre d'Indépendance, l'Empire vit ses frontières réduites à la seule planète Terre et à son satellite naturel, la Lune. Il fut finalement dissout avec l'abdication de l'impératrice Elvira, fille de Lloyd 1er, qui lui succéda sur le trône après sa mort.

  • Population : 45 milliards (à son apogée)
  • Capitale : Terre
  • Type de gouvernement : Monarchie constitutionnelle, puis absolue
  • Devise : Un Empire uni pour une Humanité unie

La Confédération pour la Prospérité StellaireModifier

Éphémère état interstellaire, la Confédération fut créée par plusieurs planètes et corporations établies sur Esméralda et ses alliés durant la Grande Guerre Corporatiste. Elle était dirigée par le Losange, un conseil exécutif de quinze membres (tous corporatistes), ainsi nommée car leurs réunions se faisaient autour d'une table en forme de losange. La législation était assurée par la Chambre d'Esméralda, assemblée de cent-vingt députés élus au suffrage censitaire (seuls les citoyens ayant un revenu mensuel supérieur à l'équivalent de 3.000 d.i. disposaient du droit de vote). Elle fut finalement vaincue par les forces du Pacte Anti-Corporatiste et l'Empire Terrien, à la suite de quoi elle fut dissoute aux termes du traité de Jewel. Ses planètes-membres furent ensuite annexées par l'Empire.

Au début de la guerre, la C.P.S. disposait de plusieurs avantages sur son ennemi : une importante flotte, une armée professionnelle, ainsi que sa puissance économique et industrielle. À mesure que le conflit continua, cependant, des problèmes internes minèrent l'effort de guerre. La corruption endémique, tout d'abord, provoqua la démission, parfois la désertion, de plusieurs chefs militaires. À ceci s'ajouta des dissensions entre corporatistes dont les objectifs, tant militaires qu'économiques, divergeaient ou s'opposaient. Ce fut finalement l'intervention de l'Empire Terrien et de sa flotte bien plus vaste que celle des confédérés qui brisa définitivement la supériorité de la C.P.S. sur les forces du Pacte.

  • Population : 9.5 milliards (à son apogée)
  • Capitale : Esméralda
  • Type de gouvernement : confédération/république corporatiste
  • Devise : aucune