FANDOM


L'Hégémonie d'Orion est de loin la plus grande puissance militaire de la galaxie. Cette nation très militarisée et belliqueuse englobe plus du quart de la galaxie habitée, et a conquis ou éradiqué de nombreuses nations.

Fiche technique
Type de gouvernement : Autocratie
Population : 330 milliards (65 % Humains, 10 % Anhgons, 10 % Andrashans, 9 % Djednali, 7 % divers)
Capitale : Hao
Planètes contrôlées : 109 (90 systèmes)
Dirigeant : Varr Dok (Hégémon)
Puissance économique : moyenne
Puissance technologique : moyenne
Puissance militaire : très forte

Les AndrashansModifier

Les Andrashans sont des mammifères ressemblant à de distants cousins des primates de la Terre. D'une taille variant entre 1m60 et 1m90, fortement charpentés et le plus souvent pourvus d'une musculature très développée, ils sont pourvus de deux jambes et de deux bras dont les mains comportent six doigts. Des exobiologistes terriens ont suggéré que la forme actuelle des Andrashans résulte d'hybridations, de modifications génétiques importantes et d'une considérable sélection artificielle au fil des siècles. En effet, l'anatomie interne des Andrashans fait d'eux des machines de guerre parfaites : organes redondants, ossature solide, facteur de cicatrisation élevé, système nerveux capable de régénérer des terminaisons complexes même après de graves blessures... Il est de surcroît difficile d'assommer un Andrashan, car la douleur même la plus forte ne provoque pas l'inconscience.

La vie du jeune Andrashan est ponctuée de rites de passage marquant les différentes périodes de l'existence : enfance (8 ans), adolescence (12 ans), majorité (20 ans), âge adulte (entre 25 et 30 ans). Ces rites dénotent des périodes de la vie durant lequel l'Andrashan traverse des changements physiques et psychologiques importants. L'espérance de vie moyenne d'un Andrashan est difficile à déterminer du fait que les morts violentes sont courantes pour leur espèce au sein de l'Hégémonie ; on l'estime cependant à environ 90 ans.

Société et cultureModifier

Ébauche2.png
Cette page ou cette section est une ébauche.
Vous pouvez aider en contribuant !
Ou si vous êtes ce genre de personne, vous pouvez aussi la vandaliser.

Les origines de l'Hégémonie sont mal connues, et l'on n'a pu que déduire le peu que nous en connaissons, souvent d'après des sources de seconde main ou dont l'objectivité est contestable.

Il semblerait que vers la fin du deuxième siècle avant notre ère, des esclavagistes andrashans découvrirent la Terre au hasard de leurs raids. Une analyse des rares documents de l'époque ayant survécu au temps et aux purges indique qu'ils se seraient posés sur les rives méditerranéennes de la Yougoslavie, alors occupées par la République Romaine. De brèves escarmouches les opposèrent aux légionnaires romains d'une garnison proche, qui les prirent pour des Goths. La victoire fut acquise rapidement grâce à la technologie très avancée des Andrashans, mais le sens tactique et l'ardeur au combat des Romains impressionnèrent les extra-terrestres, qui perdirent plusieurs dizaines des leurs. Décidant que les Terriens feraient de bons guerriers, ils capturèrent plusieurs centaines d'entre eux -ainsi que quelques femmes et enfants des villages à proximité- et les ramenèrent sur Hao.

Les Romains captifs se virent offrir l'opportunité de regagner leur liberté en combattant pour l'État Andrashan. La plupart d'entre eux acceptèrent, et l'on créa sur la planète aujourd'hui connu sous le nom de Rho Prime une garnison où les futurs guerriers seraient formés. Les bataillons qui en naquirent se nommèrent plus tard les Légions de l'Aube (Aurorae Legionibus). Leur efficacité sur le champ de bataille fit que les chefs militaires andrashans décidèrent de créer davantage de légions pour servir leurs objectifs. Malheureusement, la capacité de production était limitée par le faible nombre de femelles capturées sur Terre, et les limitations de la technologie hyperspatiale de l'époque faisaient que les Andrashans n'étaient apparemment pas capables de retrouver la Terre (la planète avait découverte au hasard de plusieurs sauts, et la localisation d'étoiles ne pouvait alors s'effectuer qu'en installant des balises à hyper-ondes, dont les esclavagistes ne disposaient pas). Finalement, décision fut prise de créer un programme d'eugénisme basé sur la sélection génétique des meilleurs combattants romains et la création par parthénogenèse de davantage de soldats.

À une période indéterminée (située entre le deuxième et le quatrième siècle de notre ère), les Légions de l'Aube se soulevèrent contre le gouvernement andrashan. Menées par un général rebelle connu sous le seul nom d'Orion, ils éliminèrent leurs souverains et oppresseurs, et commencèrent à conquérir les planètes andrashanes. Le conflit, connu sous le nom de Guerre de l'Aube, tourna au fil de nombreuses années de lutte à la faveur des Humains, qui finirent par écraser les forces armées andrashanes. L'État renversé et son gouvernement exécuté, Orion s'auto-proclama Hégémon[1]. Ses lieutenants devinrent les premiers patriciens de l'Hégémonie, et obtinrent pour fief les planètes qu'ils avaient conquises.

L'Hégémonie d'Orion s'avéra rapidement un état belliciste, et se lança à la conquête des anciens peuples soumis à l'État Andrashan, qui avaient profité de l'effondrement du pouvoir en place pour prendre leur indépendance. Les Djednalis furent écrasés par l'armada d'Orion, tandis que les Anhgons plièrent rapidement le genou et acceptèrent de rejoindre l'Hégémonie en tant que vassaux. Ils découvrirent en effet qu'ils y avaient gagné au change : tandis que les Andrashans les occupaient brutalement, pillant leurs ressources et asservissant leur population, les Orioniens se contentaient de lever l'impôt et d'imposer un quota de recrues militaires, mais leur laissant une importante liberté dans la gestion de leurs propres terres -à la condition expresse que la Lex Orione soit respectée. Au quatrième siècle de notre ère, un Anghon devint le premier non-Humain à être nommé patricien (les espèces conquises n'étaient pas autorisées à porter de titres (civils ou militaires) au sein de l'État Andrashan, et ce fut longtemps le cas aussi au sein de l'Hégémonie, quoique aucune loi ne l'interdise explicitement). Durant ce même siècle, l'Hégémonie d'Orion occupa pour la première fois un nombre de planètes plus important que l'ancien État Andrashan. Et son expansion ne s'arrêta pas là.

Au treizième siècle de notre ère éclata la Première Guerre Stellaire, opposant l'Hégémonie d'Orion au Nearda. Les causes du conflits demeurent floues, d'autant que les historiens de la Galaxie Colonisée ne connaissent que la version des faits de l'Hégémonie. Il est certain que la guerre fut en grande partie provoquée par l'expansionnisme de l'Hégémonie et par l'invasion de trois planètes du Nearda. On ignore en revanche ce qui motiva les Légions de l'Aube à envahir un ennemi dont la galaxie ignorait tout, et à conquérir ces trois planètes en particulier. Le conflit qui résulta de cette invasion fut l'un des plus destructeurs de l'histoire galactique. Il s'acheva au bout de dix ans de guerre par la défaite militaire de l'Hégémonie d'Orion.

L'ultime bataille fut disputée sur le territoire neardan, dans le système Darimos. Alors que la flotte hégémonique prenait l'avantage sur son ennemi, celui-ci prit soudain la fuite, et l'étoile Darimos-S entra en phase nova. Intimidé par ce qu'ils considérèrent être l'effet d'une arme secrète du Nearda, l'Hégémonie, pour la première fois de son histoire, offrit sa reddition. Les quatre planètes que les légionnaires étaient parvenus à conquérir au cours de la guerre durent être restituées aux termes du traité de paix.

L'Hégémonie d'Orion entra en contact avec les colonies terriennes au début du XXIIIème siècle, alors qu'une flotte d'exploration engagea une flottille de colonisation envoyée par Qin Qiwang dans le système Hanoi. L'amiral Verrucosis envoya alors un rapport à l'hégémon relatant l'état de guerre civile qui divisait les colonies de la Terre. Celui-ci ordonna presque immédiatement l'invasion, et la Deuxième Guerre Stellaire commença.

Après cinq ans de conflit, et malgré les victoires initiales écrasantes des Orioniens, les colonies terriennes, unifiées par l'Empereur Victor Magnusson, parvinrent à repousser leurs forces pour finalement les vaincre à la bataille du Couloir de Kepler. Malgré cela, l'Hégémonie continua d'occuper cinq planètes jadis possédées par les Terriens.

Organisation de la sociétéModifier

La société orionienne, largement inspirée de l'ancienne République Romaine, est organisée autour de l'Hégémon. Ce monarque dispose de l'essentiel des pouvoirs législatifs et exécutifs, eta notamment le pouvoir de diriger les forces armées de l'Hégémonie. L'Hégémon est assisté par le Sénat, élus décidant des lois, nommant les fonctionnaires et décidant des impôts. Il y a actuellement 260 sénateurs, mais ce nombre à beaucoup évolué au cours de l'Histoire. Les sénateurs sont élus par un vote des patriciens, citoyens au statut spécial qui sont l'équivalent orionien de la noblesse. On peut devenir patricien de deux manières : l'ascendance, et être nommé à ce titre par l'Hégémon ou un vote du Sénat. Originellement, les patriciens étaient des militaires de carrière reconnus pour leurs services et contributions à l'Hégémonie, mais depuis quelques siècles, des civils accèdent également à ce titre. Les sénateurs eux-mêmes sont presque toujours des patriciens, même si des exceptions ont existé.

Le titre d'Hégémon est par défaut transmis à l'héritier le plus âgé (le sexe n'est plus un critère depuis le onzième siècle), mais le Sénat dispose du droit de s'opposer à la montée sur le trône d'un prétendant par un vote à la majorité absolue. L'assemblée possède de même le droit de voter la destitution de l'Hégémon au pouvoir, quoique cela ne peut se produire que dans des circonstances extraordinaires. L'Hégémon doit ainsi surveiller de près les activités des sénateurs et des patriciens, et éviter la création de coalition ou de conjuration parmi eux.

Historiquement, cependant, les généraux et amiraux de l'Hégémonie ont parfois préféré une autre voie plus efficace pour démettre un Hégémon : celle de la guerre. L'histoire de l'Hégémonie est riche en coups d'État et autres révolutions de palais, qui ont profondément marqué la société du fait de leur coût -notamment en vies. La dernière révolte d'importance, nommée la Guerre du Lendemain, survint peu de temps après la Deuxième Guerre Stellaire. Au cours de celle-ci, le seigneur de guerre Gladius de Tarsan tua le précédent Hégémon, tenu pour responsable de la défaite face à l'Empire, ainsi que toute sa famille, puis prit sa place sur le trône. Cette guerre civile coûta plus d'un million de vies et mit un terme à la dynastie Hataius, qui régnait depuis trois siècles sur l'Hégémonie.

De fait, la loyauté des Sénateurs et patriciens envers l'Hégémon est fluide, et peut varier selon le climat politique de l'Hégémonie. Beaucoup, en effet, gardent un œil attentif sur l'Hégémon, attendant un signe de faiblesse de sa part pour en tirer immédiatement profit.

La frontière entre société civile et militaire est floue au sein de l'Hégémonie, du fait de sa forte militarisation et de sa culture très martiale. Ainsi, la police fait partie intégrante de l'armée, et les jeunes Orioniens sont formés à l'usage des armes (de contact comme de tir) dès l'adolescence au sein des garnisons militaires. Beaucoup d'entre eux (près de la moitié) choisissent de demeurer dans l'armée, et deviennent alors soldats à part entière pour une période de cinq ans en moyenne.

On ne sait en revanche que très peu de choses sur l'histoire et la société andrashane (d'avant la Guerre de l'Aube). En effet, durant les décennies suivant leur prise de pouvoir, les Légions de l'Aube procédèrent à une épuration culturelle massive, détruisant un nombre incalculables de monuments, reliques et documents historiques. Les anciens seigneurs andrashans furent tous décrétés damnatio memoriae ("mémoire damnée") : leur souvenir-même devait être éradiqué. La raison de cette destruction, outre un certain revanchisme, fut sans doute de briser tout esprit de rébellion au sein des Andrashans, et ainsi d'empêcher l'histoire de se répéter.

ReligionsModifier

Les Orioniens ont une approche très pragmatique du fait religieux. Le concept de foi est essentiellement inconnu de la culture orionienne, aussi la religion est davantage affaire de tradition que de spiritualité. Il n'est ainsi pas rare de voir un Orionien prier ou faire des offrandes à des divinités ou des esprits issus de deux religions différentes. Cette pratique est héritée de la tradition orionienne consistant à "dérober" les religions des peuples soumis. Ils croyaient qu'en procédant ainsi, ils obtienaient pour eux-mêmes les faveurs des dieux liés à ces cultes et en privaient leurs ennemis. Ainsi, durant la Deuxième Guerre Stellaire, des Orioniens récupérèrent plusieurs cultes humains (christianisme et bouddhisme, principalement, mais également Islam et wicca) des suites des pillages de nombreux lieux de culte.

Il existe trois religions majeures au sein de l'Hégémonie, ainsi qu'une demi-douzaine de religions mineures, généralement suivies par les peuples annexés.

Le saymiorisme est la plus ancienne de ces religions, et la deuxième en nombre de pratiquants réguliers (70 milliards). Elle fut fondée par le prophète légendaire Saymior au trentième siècle avant notre ère. Il s'agit d'un culte polythéiste et animiste, dont les divinités personnifient différents aspects de la nature. Ses rites s'effectuent sur de petits autels fait de bois laqué et d'ossements, généralement transportables. Le saymiorisme n'a pas à proprement parler de clergé permanent ; en lieu de quoi, chaque pratiquant est appelé à endosser le rôle de Premier Prieur -équivalent d'un prêtre dont le rôle se borne à mener les prières- pendant une année ou deux, période durant laquelle il est logé et nourri par la communauté.

Le vaiénëkisme, de loin la religion la plus populaire de l'Hégémonie avec 105 milliards de croyants, est un culte des ancêtres que l'on pratique dans les maisons funéraires. Ces maisons sont les lieux où les Orioniens entreposent leur morts, en conservant leurs corps dans la résine. Les cérémonies ont lieu tous les onze jours -durée d'une semaine sur Hao-, à la tombée de la nuit. Une fois l'an, le lendemain de l'anniversaire de l'Hégémon, a lieu la cérémonie du Souvenir. Au lever du soleil, on sort les corps des précédents Hégémons -tous pratiquants du vaiénëkisme depuis Orion- et on les parade dans les rues de la capitale. Très populaire, cette cérémonie attire de nombreux visiteurs sur Hao, si bien que les principales rues sont bloquées pendant toute la journée. Contrairement au saymiorisme, le vaiénëkisme a un clergé très hiérarchisé. Au plus bas niveau se trouvent les impétrants, novices en début de formation cléricale. Ensuite arrivent les initiés, qui ont terminé leurs études et peuvent mener les cérémonies. Au troisième niveau se trouvent les assagis, qui peuvent justifier d'au moins dix ans au sein du clergé. Parmi ces assagis seront nommés les révélés, assemblée d'une trentaine de personnes. Ces derniers élisent par proclamation le Primordial, autorité suprême du clergé, qui a notamment le pouvoir de nommer les révélés (ces derniers occupant leur fonction à vie, ils ne sont remplacés qu'après leur mort, sauf circonstances exceptionnelles) et de bannir les membres du clergé qui ont enfreint aux règles.

Enfin, le skenhdarisme est une religion monothéiste, vénérant Skenh (terme pouvant se traduire par "ultime" ou "idéal"). Cet être quasi-omnipotent est tenu pour le créateur non de l'univers, mais des lois qui le régissent et gouvernent à chaque être intelligent. L'ensemble de ces lois se nomme le Skenhdar ("voie ultime" ou "voie idéale"), et c'est l'objectif de tout skenhdariste d'un jour le comprendre et le suivre en totalité, jusqu'à devenir une partie intégrante de ce Skendhar. Le clergé du skenhdarisme se divise entre les bergers (équivalent du prêtre) et les pasteurs (sortes de moines errants).

Forces arméesModifier

Ébauche2.png
Cette page ou cette section est une ébauche.
Vous pouvez aider en contribuant !
Ou si vous êtes ce genre de personne, vous pouvez aussi la vandaliser.

La puissance militaire de l'Hégémonie n'est plus à démontrer. Elle possède la flotte la plus vaste et le plus grand nombre de soldats (tant en proportion qu'en nombre effectif) de toute la Galaxie Colonisée.

Les flottes de l'HégémonieModifier

Magister intellegentia Magister navii

Les légionsModifier

Symboles visibles et mythiques de la puissance de l'Hégémonie, les légions sont des armées constituées en général de 100.000 hommes (certains sont mixtes, mais pas toutes), menées par un général. Leur composition varie largement, quelques unes étant composées uniquement de soldats d'infanterie et d'autres incluant des ingénieurs et du personnel en charge de la logistique.

Lieux et planètes notablesModifier

Ébauche2.png
Cette page ou cette section est une ébauche.
Vous pouvez aider en contribuant !
Ou si vous êtes ce genre de personne, vous pouvez aussi la vandaliser.
  • Hao - Capitale de l'Hégémonie, Hao est sans doute la planète la plus peuplée de toute la galaxie avec ses 35 milliards d'habitants. La population y est principalement concentrée dans la ville d'Haodan, qui au fil des siècles s'est étendue au point de recouvrir presque entièrement un continent. C'est la résidence traditionnelle de l'Hégémon, qui y a sa forteresse sur une île artificielle au large d'Haodan. La planète ayant un axe d'inclinaison presque nul (2°), les saisons n'y sont que très peu marquées. Le climat y est en général sec et frais (9°C en moyenne).

RéférencesModifier

  1. L'origine grecque de ce titre indique qu'Orion était peut-être lui-même originaire de Grèce, ou qu'il eut une éducation classique auprès d'un précepteur grec, comme était courant au sein de la noblesse de Rome