FANDOM


On aimerait bien le savoir. Enfin… heu... on sait comment ça marche, hein. En théorie. Mais évidemment, en pratique c'est toujours plus compliqué. Loin de nous l'idée de vous expliquer tous les tenants et aboutissants de la politique galactique, mais nous pouvons vous résumer le fonctionnement des institutions de la station Babel et du Conseil pour la Paix Galactique.

Le Conseil pour la Paix GalactiqueModifier

Clé de voûte du projet Babel, le CPG est l'organe décisionnel du Parlement. Cela signifie que les ambassadeurs qui y siègent prennent les décisions, et que le reste du Parlement obéit. Ha ha. Non, nous plaisantons pour l'essentiel. En réalité, les ambassadeurs créent les projets de loi, les rédigent, puis les soumettent au vote du Parlement. Si la loi est adoptée, c'est à nouveau le Conseil qui se charge de sa mise en application et des peines encourues en cas de violation. Ces peines peuvent aller de la tape sur la main jusqu'à l'intervention militaire, en passant par l'embargo économique.

Il y a quatre espèces siégeant actuellement au Conseil pour la Paix Galactique : les Humains -naturellement !-, les Xexas, les Synthétiques et les Raynkaïrii. Chacune dispose d'un ambassadeur. Les ambassadeurs actuellement en poste sont :

  • Rachid al-Tabari ibn Saoud (Coalition des Nations Humaines)
  • 1989-Alpha-Diplomate (Xexas)
  • HERMÈS (Synthétiques)
  • Kaiilaka (Dominion Raynkaïrii)

Peu de temps après leur arrivée au Parlement (approuvée par les Synthétiques et les Raynkaïrii, mais opposée par la Coalition), la Tyrannie Faeris demanda également à rejoindre le Conseil. On leur répondit que ça ne se fait pas comme ça, en particulier quand on représente une nation qui a fait la guerre à presque toute la galaxie dans son histoire. Il y a des conditions d'accès, ou plutôt il devrait y en avoir, malheureusement nous n'avons pas encore eu le temps de les rédiger puis de les soumettre au vote du Parlement. Bref, ça risque de prendre un peu de temps...

Le Parlement GalactiqueModifier

On aime bien les titres ronflants, à Babel. Puisqu'on devait créer un parlement, pourquoi se contenter de le nommer « parlement régional » ou « parlement national » ? On est dans l'espace, merde, on a le droit d'être pompeux. On aurait aussi bien pu le nommer « Super Parlement Interstellaire d'Absolument Tout Dans Cette Galaxie et Dans Les Autres Tant Qu'on Y Est », et ça aurait été tout aussi acceptable. Mais on s'est contenté de « Parlement Galactique » parce que ça en impose suffisamment.

C'est donc au Parlement Galactique que se réunissent les députés des différentes espèces et nations qui composent la Galaxie et participent au projet Babel. Au total, ce sont deux cents hommes… non, disons créatures… non, non plus… entités qui siègent dans ses rangs. Les quatre nations membres du Parlement ont vingt-cinq sièges, les autres n'en ont que vingt. Cela fait donc cent sièges pour les nations du Conseil et autant pour les non-membres.

Pour qu'une nation soit acceptée au Parlement, comme la faction Eweleouk tente de l'être actuellement, il faut que la demande soit soumise au Conseil. Au moins la moitié des ambassadeurs doit ensuite voter en faveur de la mise aux voix de ladite demande, et le Parlement doit enfin voter l'acceptation à majorité absolue. En ce qui concerne les Eweleouk, la demande n'a pour l'instant pas dépassé le Conseil, car le Dominion s'y oppose fermement, la Coalition ne veut pas contrarier son allié et les Xexas s'en foutent. Comme vous le voyez, c'est un système bien conçu.

Notons que les Caolides n'ont techniquement jamais siégé au Parlement, pour d'évidentes raisons pratiques. Leurs députés participent aux débats et aux votes par téléconférence.

Les consulatsModifier

Chaque nation membre du projet Babel peut et doit disposer d'un consulat sur la station (sauf pour celles qui, siégeant au Conseil, ont une ambassade). Les représentants de chaque nation peuvent y rencontrer un dignitaire pouvant leur fournir une protection légale en cas de pépin, si par exemple ils ont traité la mauvaise personne de pédale ou s'ils se sont infiltrés dans une salle de contrôle et ont joué à « que fait ce bouton ? » (ne jouez pas à ça chez vous, les enfants).

Chaque consulat est considérée de jure comme une enclave appartenant à son pays. Ainsi, y pénétrer sans autorisation n'est pas une simple intrusion, mais peut être considéré comme une invasion, à tout le moins comme un incident diplomatique. Et ça, c'est très mal.


Station Babel
Espèces - HumainsMéta-HumainsSynthétiquesXexasRaynkaïriiFaerisKapterasCaolidesVizutrljjjmaggoldakrou

Le monde du futur - Organisation de la station BabelTechnologieCultureLa politique, comment ça marche ?Planètes et lieux
Système - Créons un personnageListe des Atouts, Défauts et Traits
Personnalités - HumainesSynthétiquesRaynkaïriiFaerisDiverses