FANDOM


Travaux.png
Cette page est en travaux.
Le proprio de ce Wikia est occupé à l'améliorer. Pourquoi ne pas l'aider ?


Station Babel est un JDR amateur de science-fiction mélangeant space opera, planet opera (enfin, station opera) et un peu d'anticipation pour faire bonne mesure. Oh, et puis humour, également. Beaucoup d'humour de tous les genres. En résumé, ce JDR est ce qui arrive lorsque l'on regarde Babylon 5, Red Dwarf, Star Trek et Futurama en succession rapide tout en consommant des substances plus ou moins licites.

Le principe est le suivant : les joueurs incarnent des employés et/ou des résidents de la station éponyme, vacant à leurs tâches quotidiennes au mieux de leurs capacités. Hélas, sur Babel, rien ne se passe jamais comme il le faudrait. La faute au personnel stupide, incompétent, méchant ou cinglé, aux administrateurs véreux, aux diplomates mesquins, aux politiciens calculateurs… Oh, il faut aussi prendre en compte les gué-guerres entre races, la situation géopolitique pas géniale, la bourse qui descend -ou qui remonte, c'est pareil dans le fond-, la station qui tombe en ruines, le budget pourrave et la météo qui… Ah non, attendez, y'a pas de météo dans l'espace.

Toujours est-il que les personnages-joueurs vont devoir jouer des coudes, rivaliser d'intelligence -ou d'idiotie-, prier très fort et serrer les dents pour espérer accomplir leur devoir. D'autant que, aventure aux dimensions épiques oblige, le plus insignifiant des concierges pourrait bien décider de l'avenir de toute la Galaxie…

… Mais probablement pas. Faut pas rêver, non plus.

Ce JDR utilise le système XPG inventé par les braves gens de Deep7. Plus précisément, le système XPG tel qu'utilisé dans le JDR Red Dwarf publié en 2003. C'est un système simple, rapide et fun.

PrésentationModifier

Ah, l'espace. L'ultime frontière. Le sombre infini. Le géant face auquel tout n'est que nain. Le… heu… l'endroit où y'a plein d'espace. Et depuis peu, le nouveau foyer de l'humanité. Grâce à de nouvelles technologies, nous avons débuté notre essor vers de nouveaux horizons. Parce que la planète bleue, c'est très surfait en réalité. Alors oui, c'est très joli si on veut, mais c'est bondé de monde, c'est pollué, ça pue, et puis après plusieurs centaines de millénaires qu'on est dessus on en a un peu fait le tour.

Donc, ouais, l'espace. On a construit des gros vaisseaux de la mort qui tue bardés d'armes géantes de la mort qui tue encore plus. On a filé vers les étoiles. On a établi des gigantesques colonies sur des planètes lointaines pour montrer à la galaxie qu'on n'est pas des lopettes. Et, forts de ces succès, nous nous sommes éloignés davantage de notre planète d'origine.

Et là, grosse déception : la plupart des systèmes qui nous intéressaient affichaient déjà « complet ». Les extra-terrestres existaient, et ils n'étaient pas du genre partageur. Nous avons alors craint qu'ils ne furent du genre gourmand et qu'ils ne louchent sur nos possessions -ou, qui sait, sur nos âmes- avec appétit, mais fort heureusement ce ne fut pas le cas. Pour tout dire, plusieurs espèces intelligentes semblèrent n'en avoir rien à foutre de nous. Ils étaient là genre : « Ah ouais, une espèce de singes intelligents. C'est cool. Y'a quoi à la télé ? ». Faut dire, rencontrer une autre espèce intelligente, ça perd tout son charme quand c'est la sixième ou la septième. Galaxie de blasés, moi j'dis.

La bonne nouvelle, c'est que la Voie Lactée, c'est quand même vachement grand. Même avec plusieurs civilisations interstellaires cherchant à s'étendre, il y a moyen de se tailler une belle part des étoiles sans forcément bouffer la parcelle du voisin (même si, comme le veut le proverbe, sa pelouse est toujours plus verte, et ses étoiles toujours plus brillantes). Mais encore faut-il le vouloir. Encore faut-il que certaines espèces (genre, au pif, la nôtre) n'aient pas de velléités conquérantes risquant de mettre tout processus diplomatique en péril.

C'est à cette fin que fut bâtie la station Babel, la plus grande station spatiale de la galaxie. Son but est simple (en théorie, du moins) : permettre à toutes les espèces intelligentes, toutes les nations et toutes les ethnies de faire entendre leur voix et de participer à la communauté galactique naissante. Une sorte d'ONU à l'échelle de la Voie Lactée, en somme, en encore plus bordélique et noyée sous les problèmes administratifs, l'inertie de la bureaucratie et la mesquinerie des politiciens. Mais on se débrouille.

Aujourd'hui, alors que le projet entre dans sa quinzième année, Babel est une véritable cité flottant dans l'espace. Elle a sa propre communauté, son industrie, sa puissance politique, son commerce, sa force de police, sa flotte de défense, sa criminalité, son équipe de zéro-ball et même sa propre série de produits dérivés.

Vous venez de rejoindre la Station Babel avec un visa de travail. Simple technicien supérieur cherchant à gagner sa croûte, officier de l'armée affecté là par votre gouvernement, ou adjoint de quelque consul ou ambassadeur venu dans l'espoir d'avoir quelque chose de croustillant à rajouter à votre C.V., une chose est sûre : il va y avoir du sport.

EspècesModifier

Le système de jeuModifier

Le monde du futurModifier

En 2135, la société humaine a évolué de façon à devenir un vaste melting-pot des innombrables cultures, ethnies, religions et nations qui composent l'humanité. Et comme tous les melting-pots, elle est multicolore, bigarrée, variée et probablement impropre à la consommation. La station Babel est encore pire, dans le genre, puisqu'on y ajoute les espèces extra-terrestres.

PersonnalitésModifier


Station Babel
Espèces - HumainsMéta-HumainsSynthétiquesXexasRaynkaïriiFaerisKapterasCaolidesVizutrljjjmaggoldakrou

Le monde du futur - Organisation de la station BabelTechnologieCultureLa politique, comment ça marche ?Planètes et lieux
Système - Créons un personnageListe des Atouts, Défauts et Traits
Personnalités - HumainesSynthétiquesRaynkaïriiFaerisDiverses